• MAMAN : les témoignages (2)

     

     

    L’auteur tient à préciser qu’il dénonce toute action qui s’inscrirait à l’encontre de la liberté individuelle, et que donc ce texte, qui vise à la compréhension, est à lire au second degré.

     

     

    MAMAN : les témoignages (2)

     

    ― La MAMAN, ce n’est pas seulement un lieu d’accueil et d’écoute, c’est aussi un lieu où l’on peut trouver des ateliers de partage et de travail sur soi. Aujourd’hui permettez-nous donc de vous faire découvrir l’atelier « sexe-contrôle » où les sexe-addicts peuvent apprendre à gérer leurs pulsions. Comme ces groupes de partages se font sur une base anonyme, vous comprendrez que les visages soient floutés. Laissons donc la parole à notre animateur, Dominique Strass-Kohn :

     

    ― Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous accueillons deux nouveaux arrivants, Harvey et Tarek !

    ― Bonjour Harvey ! Bonjour Tarek !  

    ― Harvey, Tarek, racontez-nous votre expérience de sexe-addict, qui veut commencer ? Oui ? Harvey peut-être ?

    C’est dur, j’ai tellement honte.

    ― Nous comprenons Harvey, et vous faites preuve d’un courage immense à vouloir partager avec nous votre vécu, vos difficultés. Nous vous écoutons.

    Voilà, j’ai agressé sexuellement un nombre incalculable de femmes, et que je le regrette ! J’aurais voulu pouvoir me retenir. Mais j’étais entouré tout le temps des plus belles femmes du monde, vêtues de robes transparentes, avec leurs nibards drus et rose sous le nez ! leurs touffes juteuses à quelques doigts de ma TRIQUE !! Leur rouge-à-lèvre tout près de mon GLAND, c’était horrible, horrible !!! Rhaaaa !!!

    ― Nous comprenons Harvey, nous comprenons !

    ― …J’y pensais tout-le-temps, je n’avais aucun répit, et je cédais, je cédais ! J’étais devenu plus bas que tout, moins que rien, jouet de mes propres pulsions, balloté sans cesse vers ces rivages vénéneux ! Comme je regrette ! Comme je regrette ! Bouuuh !

    ― C’est dur Harvey, c’est dur, je veux dire difficile. Respirez un grand coup Harvey, ici vous êtes en sécurité, nous sommes entre nous.

    ― On est avec toi Harvey !

    ― Fermons tous les yeux et tenons-nous la main. Inspirez. Voilà, expirez. C’est bien… Tarek, souhaitez-vous intervenir ?

    ― … Bien moi je suis là parce que Maman me l’a ordonné. Elle m’a toujours élevé à la trique, maman, et depuis j’ai toujours la trique bien levée. J’ai joui, je l’avoue, j’ai joui d’avoir été humilié par cette grosse salope. Pardon Maman ! Pardon ! Je voudrais que tu me corriges encore, juste un peu revenir en enfance ! Snif ! Être encore ton chien ! Sob ! Ouinnn !

    ― … Embrassons Tarek, ce qu’il vit n’est pas facile…

    ― On est avec toi Tarek !

    ― Alors maintenant je jouis de les frapper, de leur foutre des poings dans la gueule, de leur baiser la chatte à ces grosses putes ! C’est toutes des putes ! Des salopes ! Des chiennes ! Des chiennes ! Des chiennes ! De leur déchirer le slip, de leur arracher le soutien-gorge, de voir leur visage mouillé de larmes et de foutre. Voilà ce qui me fait jouir ! Ah ! Ah ! Ah !

    ― On est avec toi Tarek !

    ― Bravo ! Bravo Tarek ! d’avoir pu aller au fond de vous et exprimer avec tant de sensibilité vos fragilités intérieures, vos fractures intimes, vos blessures d’homme impuissant ! Embrassons à nouveau Tarek ! Tarek a fait un grand pas sur la voie de la guérison !

     

    ― …Voilà, la décence nous empêche de filmer les exercices pratiques destinés à soulager les sexe-addicts de leurs abominables pulsions, exercices qui font partie intégrante de ces groupes de soutien. Simplement pour vous dire que ces ateliers sont ouverts à tous les hommes en souffrance sexuelle. A bientôt pour un autre épisode de notre série de reportages sur la MAMAN, lieu d’accueil pour les hommes perdus !

     

     


  • Commentaires

    1
    domi
    Vendredi 24 Novembre 2017 à 12:42

    Il en est de la "Lis tes ratures" comme des plus beaux légumes, dans certains cas, l'excès de crudité peut les rendre indigestes et j'ai préféré l'édition précédente, plus soft... Au fait c'est pour quand la troisième ?

      • Vendredi 24 Novembre 2017 à 12:47

        Oui, c'était le but. Le dégoût de tels actes !

      • Vendredi 24 Novembre 2017 à 14:12

        Je crois que c’est toute la difficulté du rapport entre un support de communication et la réalité. Le support édulcore-t-il la réalité, au risque de passer sous silence certains de ses aspects, ou excède-t’il la réalité au point de détourner et donc d’obtenir l’effet inverse de celui qui était attendu (réveiller les consciences) ? De mon point de vue ces violences, la violence, est quelque chose d’abominable, mais qu’il ne faut en aucun cas taire ou cacher. Cependant cela ne suffit pas. Il faut aussi comprendre, car ce n'est qu’à cette condition que l’on peut prévenir, guérir peut-être. C’est ce que je tente de faire dans ce texte, qui sous des dehors humoristiques, est bien sombre, je le concède, car il s’agit d’un pan sombre de l’humanité… mais qu’il faut regarder droit dans les yeux !

    2
    domi
    Vendredi 24 Novembre 2017 à 14:00

    dans ce cas la fin justifie les moyens ! 

      • Vendredi 24 Novembre 2017 à 14:09