• Sucre crise.

     

     

    Dans le chaud soir d’été, après qu’il eut fallu expulser les poussières, ranger la vaisselle et divertir la fifille, était venu le temps réjouissant de la balade au « supermarket » du coin, histoire de sustenter d'un dîner le mari, et que celui-ci puisse recouvrer ses fonctions cognitives élémentaires, si telle chose était possible.

    Pour que la petite décroche de « starkvader » le héros de l’espèce, et l’accompagne faire les courses, la maman avait dû, entre deux sueurs, lui laisser miroiter quelques plats dont elle raffolait, en l'occurrence des spaghettis bolognaises.

    A vrai dire la petite avait bien vite cédé, la faute à cette image de bonbon qui flottait au-dessus de sa tête et qui excitait ses papilles. Bien sûr, il fallait être sage avec maman, la suivre en tenant le caddie, sans courir partout, et la laisser en compagnie de ses pensées, car qu’est-ce que ça peut avoir de pensées dans la tête, un adulte, même si elles sont invisibles !

    C’est ainsi que détendue, flasque et libre de toute méfiance, la maman se retrouva sans s'en rendre compte dans le rayon bonbons.

    C’est alors que la petite lui dit :

    -         - Maman, je peux avoir un bonbon ? Celui-là ?!

    -       - Ma chérie, dit la maman, il y en a déjà plein le placard des bonbons, on finit déjà ceux qu’on a et après, si tu veux, on pourra les acheter.

    -        -  Non ! c’est ceux-là que je veux !

    -         - Écoute, je les achèterai une autres fois, d’accord ?

    -          - Non ! C’est ceux-là que je veux !

    Le ton était monté de façon si soudaine ! La petite punaise tirait sur la main de sa maman qui essayait de l’extraire du rayon "bonbons". Entre une moue, deux grimace et un grincement de gorge, on aurait dit que s'annonçait l’orage des portes qui claquent.

    -       - Écoute, lui dit la maman, prenant sur elle un espace de respiration, un effort de plus pour désamorcer la tension, tu sais, les bonbons, c’est plein de sucre, et plus tard ça donne des maladies graves… et ça rend gros.

    -           -  Oui, mais moi je suis pas malade et je suis pas grosse ! Je veux des bonbons !

    -          - Tu as déjà eu des bonbons aujourd’hui !

    -          - Oui, mais ils étaient pas bons ! Je veux ceux-là !

    -          - Non, je t’ai déjà acheté des bonbons hier, ça suffit !

    -          - Mais aujourd’hui, tu m’as pas acheté de bonbon, je vais le dire à Papa ! Papa, il me donne toujours des bonbons !

    Qu’est-ce qu’il avait çui-là, à ramener sa fraise même quand il était pas là ? S’il faisait son travail de père et exerçait un peu son autorité plutôt que de donner des bonbons et jouer avec sa fille, on n’en serait pas là. Il faudrait qu’elle lui en parle ; encore un effort, encore lutter, qu’est-ce que c’était pénible !

    La maman entreprit alors d’avancer, poussant son caddie et tirant sa fille qui freinait des quatre fers.

    -         -  Écoute, si tu es sage, je te donnerai un bonbon ce soir, dit-elle.

    -          - Nan ! c’est ceux-là que je veux ! et puis le soir tu veux pas que je mange des bonbons, t’es une menteuse !

    La petite se mit alors à pousser un cri strident qui fit se retourner tous les braves gens aux paupières assombries de reproches.

    -          - Écoute, écoute ! Dit la maman à la fois honteuse et affolée, je veux bien t’acheter le paquet, et tu auras un bonbon ce week-end, si tu es sage.

    -          - Non, je veux tout le paquet de bonbons si je suis sage tous les jours.

    -         -  Je vais en parler à Papa et il va te gronder ! Tu auras un seul bonbon, un point c’est tout !

    -         -  Nan ! le paquet ! le paquet ! et la petite recommençait à faire crisser la craie de sa gorge.

    -          - Deux, deux si tu es sage, mais tu t’arrêtes tout-de-suite !

    -        - Nan ! un bonbon tous les jours si je suis sage ! C’est long un jour sans faire de bêtise. Tu dois me donner un bonbon tous les jours !

    -          - Tu sais, moi, quand j’étais petite, ma maman ne me donnait pas de bonbon. Alors tu peux faire sans bonbon.

    -          - Pourquoi elle ne te donnait pas de bonbon ta maman, dis ? Toi aussi tu n’étais pas sage ?

    -          - Si, j’étais sage, mais ça fait mal aux dents les bonbons, ça donne des caries, et après ça fait très mal, le dentiste.

    -          - Moi, mes dents, papa il a dit qu’elles allaient tomber et qu’après j’aurai des dents toutes neuves ! Et puis si ta maman elle t’avait donné des bonbons, toi aussi tu m’en donnerais !

    -          - Écoute, je veux bien te donner un bonbon chaque jour que tu seras sage, mais ce week-end, d’accord ?

    -          - Et aujourd’hui, j’ai été sage, dis ?

    -         -  Non, tu n’as pas été sage.

    -          - Si, j’ai été sage toute la journée. C’est de ta faute si tu veux pas me donner des bonbons, c’est toi qui est pas sage !

    -          - Cinq, je te donnerais cinq bonbons ce week-end mais tu t’arrêtes, maintenant ! Tout-de-suite !

    Le ton de la maman avait signalé à la petite un prochain basculement de colère, ce qui lui fit peur. D’une moue qui ne voulait cependant pas s’avouer vaincue elle fit alors :

    -          - Et bien moi quand je serais maman, je serai pas comme toi et ta maman : pas bonbon !

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Juillet à 16:28

    on dirait qu'elle a de qui tenir !

    2
    Vivi
    Lundi 30 Juillet à 16:45

    Punaise!  pssssit....vas voir au mot grimace... kissous

     

      • Lundi 30 Juillet à 22:22

        Merci Vivi !

         

    3
    Marina
    Jeudi 2 Août à 09:01
    Punaise! C'est une addict au sucre! J'adore!!
      • Jeudi 2 Août à 15:46

        Merci Marina !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :